//
vous lisez...
Billet d'humeur

1septembre : Ariano de Polinese à Chioggio.

Départ 6h30 sans petit déjeuner. C’est trop tôt, je dois même ouvrir la porte de l’hotel moi-même…. Je trouve un café à la sortie du village qui est tout juste ouvert. Les croissants sortent du four. Ils sont tout chaud. Je monte maintenant vers le nord. Fini la quiétude du destra Po, je retrouve les voitures et le manque de trottoirs….  Je dois passer par Taglio du Po pour trouver un pont qui me permette de m’approcher de ma destination. Horreur, ce passage est celui de la nationale 309. Que de bruit, poussière, camions et coups de vent.  Même sur un pont comme celui-ci, il n’y a pas de trottoir!!! Je marche donc 2km à 30cm des voitures et camions. J’ai hâte d’arriver de l’autre coté. Pour éviter de continuer sur cette nationale, ce qui serait plus court, je prends à gauche, je rentre dans le village de Porto Viro. Pause au café. Voilà 3 heures que je marche. Pour sortir du village, je perds un peu mon chemin mais le retrouve en le demandant. Apres le pont suivant, je marche le long d’un canal d’irrigation. C’est calme et paisible. Ouf. A Volto, je rejoins la nationale pour trouver un restaurant, style routier amélioré. N’étant pas hyper cosy, je n’y reste pas trop longtemps et me remets en marche à 14h15… Il fait encore chaud. Nouveau pont mais avec trottoir cette fois-ci. Sur ma carte, je dois pouvoir longer un canal à gauche. En réalité, des travaux m’empêchent d’y aller. Je prends alors sa rive gauche au lieu de sa rive droite. Apres 1km, je réalise que c’est une mauvaise idée car je ne vais pas avoir de pont pour traverser au bout. Je fais demi tour, je reviens sur la nationale, la traverse et prends le chemin à droite. Il est plus long mais très tranquille. Je vois les travaux des champs, zone de maraîchage qui demandent beaucoup de main d’oeuvre. Pause à Ca’lino qui est bien plus grand que me le laissait penser ma carte. 4km plus loin, je rejoins à nouveau la nationale, passage obligé pour passer les rivières. Chioggia est en vue. Tant mieux, je suis fatigué. En fait, le chemin est encore long. Je peine, je me convaincs de mettre un pied devant l’autre. Presque arrivé, je fais une nouvelle pause. Je n’en peux plus. Je m’arme de courage et repars. Je suis presque arrivé. Je cherche à comprendre où je suis dans cette ville. Je prospecte un hotel. Je trouve, pas loin des restaurant, l’hotel qui me va bien. En plus, j’ai une chambre avec un grand lit. Le bonheur. Je m’écroule. J’ai marché 10 heures pour 46km aujourd’hui…. Pause. 20mn avant d’arriver à trouver l’énergie pour prendre ma douche. Pommade. J’ai les pieds qui me brulent. Pause. Besoin de diner. En descendant, je constate que l’hotel propose la demi pension ou pension complète. Top. Pas besoin de marcher!!! Seulement, il est 20h passé, les nouveaux clients pour le diner ne sont plus admis. Sniff! Je dois sortir et chercher un restaurant. Je choisis la facilité. Pizza à consommer sur place. Puis gelati. Puis retour pour dormir dans ce grand lit… Ahhhhh!

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :